Left Continue shopping
Your Order

You have no items in your cart

Promotion
Read more
Livraison Locale, Expédition (Inter)nationale!
APPELLATION: Jurançon, grands blancs du Sud-Ouest de la France

APPELLATION: Jurançon, grands blancs du Sud-Ouest de la France

Jurançon, la belle endormie du Sud-Ouest … se réveille doucement ! Longtemps connue pour ses moelleux, elle connaît depuis quelques années un changement dans sa production de vins, les vignerons s’orientant de plus en plus vers les blancs secs… Emmenée par une bande de jeunes qui défendent des vins de terroirs !! Il faut dire que la mosaïque de terroirs exceptionnels pour beaucoup situés en coteaux sont dignes de produire des grands vins blancs secs de gastronomie et de garde !

En effet, Jurançon a tous les éléments pour devenir la nouvelle région phare de beaux blancs secs 🤩 ! Des cépages autochtones comme les Mansengs (Petit et Gros), les Courbus (Petit et Gros), le Camaralet, le Lauzet et même le Claverie qui a quasi disparu des radars… Il y a aussi et surtout un terroir unique, du moins plusieurs terroirs… Le plus connu étant le Poudingue (mélange d’argile, limon, sable et des ces fameux galets roulés descendus des Pyrénées, emmagasinant la chaleur la journée et la restituant la nuit) dominant les environs de la fameuse Chapelle de Rousse, mais aussi des argiles à graviers à Jurançon, on va trouver une dalle calcaire entre Gan et Lasseube, et dans le secteur de Monein ce sont des replats de graves, d’argile et de galets siliceux… il y aussi du flysch altéré où grés et marnes alternent sur Lucq de Béarn !

Il y a le climat aussi... Il varie entre la rigueur montagnarde sur les secteurs de Lasseube, Jurançon, Gan où les vignes sont les plus proches des Pyrénées, et un climat à la douceur océanique, avec des chaleurs méridionales en été qu’on va retrouver du côté de Monein par exemple ! Biensûr, le foehn est une composante indissociable de ces beaux terroirs, notre "Vent Balaguèr" (un vent chaud d’Espagne), il vient apporter une chaleur douce avant les vendanges en Septembre/Octobre. Il permet surtout de sécher les grains éparses des grappes de Petit Manseng, pour concentrer les sucres et les acidités !

Tout ça, c'est une nouvelle génération de vignerons qui s'efforcent de mettre en valeur et de faire perdurer un travail initié pour certains par leurs parents. On ne peut que s'enthousiasmer en tant qu’amateur de grands blancs par leur volonté de démontrer que Jurançon n’a rien à envier aux autres régions viticoles !

Pour n’en citer que quelques uns (car oui il n’y a pas qu’eux…), on retrouve Maxime Salharang du Clos Larrouyat sur le secteur de Gan avec des vins d’une grande pureté ! Maxime a repris les terres de son grand-père pour y replanter de la vigne il y a une dizaine d’années. Le premier millésime de Maxime est en 2014 et dès le départ, il se fait remarquer par des vins droits et fins.

Sur le secteur de Monein, on retrouve le Domaine Castera, qui depuis le millésime 2014 a vu revenir le fils Franck Lihour, après quelques années à naviguer entre la Bourgogne et la Corse. Franck s’inspire de ce qu’il a vu pour mettre en place ses cuvées parcellaires pour mieux exprimer son terroir de Monein, Uchaa plus précisément. Tauzy, Caubeigt mais aussi Memoria (demi-sec sur ses plus vieilles vignes) imposent un style et ces trois parcellaires s’affinent de millésime en millésime pour devenir des incontournables de ce secteur.

Plus à l’ouest, on y retrouve Jean-Baptiste Semmartin (Domaine Lajibe). Après une première vie de sportif de haut niveau, Jean-Baptiste se lance dans la viticulture. Des études à Bordeaux et premières expériences dans le Médoc, il part travailler quelque temps pour une Cave Coopérative de Banyuls avant de séjourner 4 ans en Bourgogne chez Emmanuel Giboulot. Pendant ces années, il prendra le temps de peaufiner, d’analyser ses connaissances avant de revenir dans la région pour devenir le chef de culture du Domaine Cauhapé. À partir du millésime 2015, Jean-Baptiste récupère de vieilles vignes avec un collègue à lui pour vinifier ses premières cuvées. Là aussi, la culture de Jean-Baptiste fait qu’il isole chaque secteur pour en faire une cuvée parcellaire avec des identités bien différentes ! Le Domaine Lajibe naît officiellement à partir du millésime 2017 et connait un engouement féroce dès le départ…

Bien entendu, ces trois vignerons qui font parties de la nouvelle garde de Jurançon ne sont pas seuls, mais sont sans doute ceux dont on entend parler le plus ! Derrière eux se trouve une ribambelle de vignerons, certes discrets, mais de qualité… On peut citer Jean-Pierre Proharam (Domaine Haugarot) et Antonin Valton (Domaine Vignau La Juscle) à Saint Faust, Sébastien Bordenave (Domaine Coustarret) à Lasseube mais encore la très dynamique et infatigable Irène Guilhendou du Domaine Latapy à Gan, l'indémodable Henri Lapouble sur les coteaux de Jurançon à la Chapelle de Rouse (Clos Thou)... et le petit nouveau, Vincent Maysounave du Haut Berba qui s'est associé avec Fabien Jouves du Cahors et casse les codes. 

Cette liste n’est qu’un échantillon non exhaustif de ces vignerons talentueux qui proposent de grands vins de terroirs. Sur 620 hectares, l’appellation compte 65 producteurs indépendants. C’est un terroir d’exception entre les montagnes et l’océan. A 300m d’altitude, le vignoble est tout petit et s’étale sur 40km d’est en ouest entre les gaves d’Oloron et de Pau.

Carte de Jurançon